J'ai joué à Spiderman !

Dernière mise à jour : 8 juil. 2020

Qu’avez-vous fait en fin de semaine? Je pourrais simplement vous répondre que j’ai fait de la Via Ferrata à la Vallée-Bras-Du-Nord. Mais c’est bien plus que ça.


En fin de semaine, j’ai été bienveillante avec moi-même. J’ai écouté mon corps, ma tête et mon cœur. On m’a proposé de relever un défi, de partir à l’aventure. J’ai eu peur. Les personnes autour de moi ont lu, entendu, compris et accepté mes craintes. J’ai ressenti, laissé monter, exprimé et respecté ces craintes.


J’ai pensé à mes enfants. J’ai pensé au sens du défi. J’avais peur, peur d’avoir peur, mais une petite voix au fond de moi a dit : "Et si… Et si tu osais… Oui ton ego peut être un peu écorché, mais tu pourras être fière d’avoir essayé."


Alors, j’ai osé.

Au moment de mettre mes mousquetons sur la voie de fer, je me suis dit: "ça y est, je peux reculer, j’ai au moins essayé…" J’ai pris une grande respiration et j’ai commencé ma route d’un cochon à l’autre. Étapes par étapes. Jusqu’à ce que je voie le vide. Que je voie l’immensité. Ma gorge s'est serré. Je me suis demandé ce que je faisais là. J’ai fermé les yeux. J’ai respiré le plus profondément possible.


Le guide m’a demandé si je croyais que c’est le plus loin que je pouvais me rendre. J’ai dit peut-être. Il m'a donc répondu que je pouvais aller plus loin, en riant. Et j’ai sourit.

J’ai donc poursuivi mon chemin en restant concentrer sur le ici et maintenant. La roche devant moi, sous mes pieds, sous mes mains et le fil de fer. Ma respiration. 1-2-3, je me soulève. Ouvre le mousqueton de droite, traverse le cochon, ferme le mousqueton de droite. Ouvre le mousqueton de gauche, traverse le cochon, ferme le mousqueton de gauche. Un pas, deux pas, une main sur le fil, une main sur la roche et pousse dans tes jambes. Et ainsi de suite.


Et, un moment donné, j’ai regardé droit dans les yeux l’immensité. La beauté de la vallée. Les couleurs de l’automne. L’eau, au loin, qui danse tranquillement. J’ai ressenti la chaleur bienfaitrice du soleil. J’ai humé les odeurs de la forêt de conifères sous nos pieds. J’ai entendu le vent dans les feuilles. Et j’ai compris la chance que j’eusse d’être accrochée à cette parois. Et de plus, être avec des personnes qui me connaissent peu, mais juste assez pour me transmettre beaucoup de bonté et de courage.

Je n’ai pas eu du plaisir tout le long de la montée. Je n’ai pas été en béatitude devant le paysage à chaque tournant. Mais j’ai continué, j’ai persévéré et je n’ai jamais pensé abandonner parce qu’être là faisait du sens.


Je retiens que le temps, la bienveillance, le travail d’équipe, la persévérance, le plaisir et l’acceptation sont des éléments essentiels devant un défi en général. Le chemin n’est pas toujours facile, il y a des moments exaltants comme des moments de découragement. Mais bien entouré et soutenu, nous pouvons monter très haut et en être fière.




16 vues0 commentaire